• An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
Actualités
Rapport Adam : une université «par et pour» les Franco-Ontariens
Lundi, 28 Août 2017 14:02
«TORONTO – Dyane Adam recommande la création d’une université de langue française dans le Centre-Sud-Ouest située à Toronto et gérée "par et pour les francophones".»

«Dans les conclusions de son rapport sur les besoins et la demande par rapport à une université de langue française dévoilées lundi 28 août, la présidente du Conseil de planification suggère de mettre une croix sur une affiliation à long terme avec une université bilingue ou de langue anglaise puisque cela "ne permettrait pas de satisfaire le principe de gouvernance du 'par et pour' les francophones".»

«Mme Adam propose à la place un système de parrainage avec d’autres universités pour les premières années, notamment avec l’Université Ryerson et l’Université d’Ottawa.»

Lisez la suite sur TFO...
 
Le combat et le principe : Michel Doucet
L'épisode de Chacun sa route a été diffusé samedi le 29 juillet à 12h30 (heure de l'est) sur TVA et est maintenant disponible en ligne sur le site Web de TVA.

Synopsis de l'épisode

« Pour pouvoir se battre dans l’océan des droits linguistiques, il faut savoir bien naviguer. Il y a peu de juristes dans ce pays qui savent aussi bien naviguer que Michel Doucet. Maintenant à la retraite, il continue à partager son savoir en tant que professeur de droit. »
 
Rapport annuel 2016-2017 du Commissariat aux langues officielles du N.-B.
Pas d’exigence, pas de progrès, et pas d’égalité

Le bilinguisme des hauts fonctionnaires est un thème central du rapport annuel 2016-2017 du Commissariat. En effet, il est au cœur d’une étude sur l’usage du français dans les communications entre des représentants francophones et la haute direction de ministères et d’organismes gouvernementaux. C’est aussi le sujet d’un rapport d’enquête sur l’absence d’exigence de bilinguisme dans les avis de concours pour pourvoir trois postes de haut fonctionnaire de l’Assemblée législative. Dans ce texte, Katherine d’Entremont explique que la capacité bilingue de la haute fonction publique ne peut progresser si la connaissance des deux langues ne devient pas une exigence pour accéder à des postes de haut fonctionnaire.

Lire la suite...